vian

Partitions Boris Vian

3.75 TTC

Partitions numériques (PDF) de Boris Vian
Pour ajouter au panier, faites défiler le menu déroulant, sélectionnez une partition et cliquez sur ajouter au panier.
(partitions vendues séparéments)
Effacer

Description du produit


Bio de l’artiste

Né en 1920, Boris Vian (alias Vernon Sullivan pour ses livres les plus sulfureux) intègre l’École centrale en 1939 et devient ingénieur en 1942. Dès 1954 il commence à chanter au théâtre des Trois Baudets et connaitra un grand succès avec ses livres et chansons. Trompettiste, compositeur, interprète, journaliste de jazz et écrivain surréaliste de génie, il lance les premiers rocks en français avec Michel Legrand, Henri Salvador et Jacques Canetti. Il meurt d’une maladie cardiaque le 23 juin 1959, lors de la projection privée de « j’irai cracher sur vos tombes ».

Information complémentaire

Chansons

A tous les enfants, Allons zenfants, Araignée du soir, Arthur, où t’as mis le corps, Avant 50 ans, Cantate des boites, Chanson de charme, Chantez, Comotive et Zoisillons, Complaintes du priapisme, Conseils à un ami, Dans mon lit, De velours et de soie, Envole-toi, Fugue, Huit jours en Italie, Il oublia d’oublier d’oublier, J’ai pas d’regret, J’aime pas, J’coûte cher, Je n’aime que moi, Je n’peux pas m’empécher, Je rêve, Je suis un monstre de perversité, Jules Bonnot, L’âme slave, L’amour en cage, L’été reviendra, La chasse à l’homme, La dernière valse, La vie c’est comme une dent, Le petit commerce, Le petit lauriston, Le politique, Le prisonnier, Le régiment des mal aimés, Le temps passe, Les joyeux bouchers, Les lésions dangereuses, Les pirates, Ne vous mariez pas, Poker blues, Qu’est ce que vous attendez, Quand j’aurais du vent dans mon crane, Que tu es impatiente la mort, Quelques rires, Quelques Larmes, Rue traversière, Rue Watt, Sans lui, Sept ans de malheur, Sermonette, Suicide-Valse, Ta peau contre ma peau, Ton parfum, Une 40 chevaux dedion bouton, Valse dingue, Valse jaune, Valses des mannequins, Vous que j’ai longtemps cherché, Y en a qui ont des trompinettes